Zoom sur...

Moschino, la pop culture dans le sang

Impossible de parler du lien entre mode et pop culture sans mentionner Moschino. La maison italienne est l’exemple phare du lien indéfectible qui unit les deux. Depuis ses débuts, la marque s’est faite remarquer pour ses détournements de la Haute Couture, son ironie et son côté provocant. Passant d’une référence pop culture à une autre, l’enseigne a créé un style qui lui est propre : irrévérencieux et décalé.

Moschino a été créée en 1983 par l’Italien Franco Moschino. D’abord illustrateur pour des magazines et de grandes maisons de luxe, Moschino finit par lancer sa propre marque. Il s’amuse alors à tourner la mode, et surtout la Haute Couture, en dérision. Il se moque des diktats de l’industrie, du soit-disant “bon goût” et des convenances. Il parodie notamment les vestes en tweed de Chanel, crée l’Expensive Jacket et s’inspire de la culture populaire pour créer sa collection de 1987.

Franco Moschino dédramatise la mode et s’amuse. Ce mélange des codes du luxe et ce brin de folie provocateur constituent sa marque de fabrique et l’ADN de sa maison. Son style novateur plait rapidement et lui vaut le surnom de “Jean-Paul Gaultier de la mode italienne”. Décédé en 1994, son héritage a su trouver un écho presque vingt ans plus tard.

Moschino Minnie 1987
Collection Moschino A/H 1987
Moschino Buon Gusto
Moschino P/E 1994

Jeremy Scott, le digne successeur

En 2013, après plusieurs années sous la direction créative de Rossella Jardini, l’ex-assistante de M. Moschino, la marque accueille Jeremy Scott à sa tête. Qui d’autre que le styliste le plus insolent de la pop culture pour reprendre les rênes de la maison de mode la plus décalée de l’industrie ?

Dès son premier défilé, le créateur se révèle comme le digne successeur de Franco Moschino. Vêtements à l’effigie de Bob l’éponge, uniformes du McDonald’s et robe “paquet de popcorn”, Jeremy Scott ravive avec brio le détournement de la mode traditionnelle en mêlant icônes et codes de la culture populaire. Suivant la voie de la collection de 1987, le styliste multiplie les références et en fait sa patte personnelle : Barbie, les Looney Tunes, les produits ménagers, Coca Cola… Tout est source d’inspiration pour le créateur à l’humour tendance et à la créativité innovante. A l’instar de Franco Moschino, Jeremy Scott s’amuse sans se fixer de limite. Pour preuve, le dernier défilé en date et ses créations rendant hommage à Marie-Antoinette, symbole de la frivolité et des excès en temps de crise.

Jeremy Scott Moschino McDo
Première collection de Jeremy Scott pour Moschino – A/H 2014
Moschino Jeremy Scott Barbie
Collection P/E 2015
Moschino Marie-Antoinette
Collection A/H 2020

Après les “années Jardini” plutôt calmes et sans vague, Jeremy Scott souffle un vent de modernité chez Moschino qui permet à la marque de se repositionner en tête des conversations après chaque défilé. L’univers riche du créateur bouscule tous les codes. Avec lui, Moschino réaffirme sa personnalité et retrouve la voie tracée par son créateur originel.

Un succès qui ne faiblit pas

Ce nouvel élan retrouvé, la marque signe des collaborations (avec H&M, par exemple ou encore Budweiser) et se voit choisie par de nombreuses célébrités pour leurs apparitions mondaines. Ainsi, Madonna, Kylie Minogue ou encore Katy Perry, devenue égérie, ont contribué à la popularisation grandissante de Moschino.

37 ans après sa création, Moschino a réussi à s’inscrire sur la durée grâce à un ADN déjanté et son lien étroit avec la culture populaire. Avec une source d’inspiration aussi inépuisable, la marque devraient encore avoir de beaux jours devant elle. A ce jour, elle ne montre aucun signe d’épuisement. Le dernier défilé en date démontre encore un savoir-faire unique pour surprendre et plaire.